Partenaires



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Vie du laboratoire > At Praxiling

Praxiling seminars 2015-2016

8 décembre 2015

The cycle of Praxiling seminars resumes on Monday, 21 September 2015.


Septembre

Lundi 21 septembre - salle Jourda, de 14h à 16h

  • Tijana Asic, professeur ordinaire de linguistique, Université de Kragujevac et de Belgrade
    « Une nouvelle approche de l’opposition ici/là/là-bas ( ovde/tu/tamo en serbe) »

Résumé

  • Dans cette communication nous essayons d’expliquer la différence entre trois adverbes dits « déictiques » en français ici, là et là-bas , ainsi que de leurs équivalents serbes ovde , tu et tamo. Le lien avec l’étude des déterminants est crucial, puisque la thèse de départ est que ici correspond à un GN déictique-démonstratif, alors que là correspond à un GN défini. La recherche conforte la thèse de G. Kleiber qui soutient, contrairement aux approches dominantes, que ici et là n’appartiennent pas à la même catégorie sémantique, en lui donnant un contenu différent, dans lequel les catégories sémantiques primitives démonstratif, déictique et défini jouent un rôle essentiel. La comparaison des données du français avec celles du serbe est un moyen de tester l’utilité de cette thèse pour la description d’autres langues.
    L’hypothèse que nous défendons de la non- équivalence d’ici et là est la conséquence de deux faits :
    a) Ici est une expression déictique qui ne peut pas être employée anaphoriquement, car il a des restrictions spécifiques ;
    b) Là n’est pas un déictique mais se comporte comme une expression définie (un groupe nominal précédé de le en français). Voilà pourquoi rien d’essentiel ne l’oblige à désigner le lieu d’origine du discours centré sur le locuteur (comme c’est le cas pour le déictique ici) et pourquoi il peut avoir des usages anaphoriques et être l’antécédent d’une relative déterminative. Mais rien n’empêche non plus qu’il désigne ce lieu ou un de ses sous-espaces, cette option étant offerte à n’importe quel défini. En outre en tant qu’expression définie, il connaît des emplois relationnels, et même des emplois « faibles » (voir la littérature sur les définis faibles).
    c) En ce qui concerne là-bas, il entre dans l’opposition avec ici et non avec là. La question qui se pose est : est-ce que là-bas est un indexical ou un vrai démonstratif ?
    Dans la partie contrastive nous analysons des tournures spécifiques de tu (là) en serbe (telle que les phrases avec sujet logique au datif). Nous montrons qu’il s’agit d’emplois analysables comme définis faibles, emplois totalement exclus pour le déictique ovde.

Novembre

Lundi 23 novembre - salle Jourda, de 14h à 16h

  • Gilles Siouffi, professeur des universités, Université Paris-Sorbonne, STIH (« Sens, Texte, Informatique, Histoire », EA 4509
    « Norme, système, usage : proposition de modèle »"

Janvier

Lundi 25 janvier - salle Jourda, de 14h à 16h

  • Elwys de Stefani, professeur de linguistique italienne à la KU Leuven, directeur du centre de recherche MIDI (Multimofality, Interaction & Discourse)
    « Une maladie « discutable » : pratiques de définition et de catégorisation dans un groupe d’entraide pour personnes souffrant du syndrome de fatigue chronique »

Février

Lundi 1er février - salle Jourda, de 14h à 16 h

  • Georges Kleiber, professeur émérite de linguistique générale, Institut d’Etudes Avancées (USIAS), Membre de l’EA 1339 LILPA (Linguistique, Langues et Paroles) de l’université de Strasbourg,
    _ « La triple »personnalité« de Je et Tu. »

Lundi 15 février - salle Jourda, de 14h à 16 h

  • Jean-Paul Bronckart, professeur à l’Université Genève et Ecaterina Bulea Bronckart, maître de conférences à l’Université de Genève
    « L’appropriation du langage et la permanence de ses effets développementaux »

Mars

Lundi 14 mars - salle Jourda, de 14h à 16 h

  • François Héran, directeur de recherche à l’INED
    « Langues et migration »

Mai

Lundi 30 mai - salle Jourda de 14h à 16h

  • Julie Denouël, maître de conférences à l’université Paul-Valéry de Montpellier et Laurent Fauré, maître de conférences à l’université Paul-Valéry de Montpellier
    « Humanités numériques : méthodes et enjeux pour la linguistique de terrain »

Les séminaires et activités scientifiques des années précédentes, ainsi que ceux qui ont déjà eu lieu dans l’année, sont archivés dans la rubrique « Archives ».