Partenaires



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Membres > Doctorants

OTELL Michel

Equipe 2 : Interaction et environnement technologisé

Titre : De quelques processus de production du sens dans les SMS conversationnels entre sourds signants

Sous la direction de Catherine DÉTRIE

Résumé :
Mon projet est d’exploiter la notion de production du sens telle qu’elle est définie par la praxématique et d’autres linguistiques énonciatives ou anthropologiques. Il s’agira d’étudier le français écrit par des sourds signants et d’y chercher d’éventuelles interférences entre LSF et français. L’objet d’étude n’est pas de faire émerger les influences morphosyntaxiques entre les deux langues, question déjà envisagée par d’autres chercheurs. La question porte plutôt sur les éventuels phénomènes de transfert entre les schémas praxiques de la LSF et ceux du français à l’écrit. La praxématique appelle schéma praxique un ensemble de représentations du monde et de rapports qu’entretient un sujet avec une réalité qu’il envisage en discours à partir de ses expériences. J’emprunte le terme d’interférence à la sociolinguistique des contacts de langues dans sa conception qui l’applique tant à la syntaxe, à la grammaire ou au lexique, qu’aux compétences et usages conversationnels ou communicationnels
Le corpus d’étude est une collection de conversations par SMS entre sourds signants, caractérisé comme suit : un ensemble d’échanges de SMS entre différentes paires de personnes sourdes de naissance et communiquant habituellement en LSF lorsqu’elles sont en présence l’une de l’autre.

Ce travail permettra d’apporter une explication à des problèmes de formulation rencontrés dans l’écrit des sourds. En somme, certaines particularités du français des sourds seront donc expliquées grâce à la prise en compte du rapport praxique, expérientiel, que l’énonciateur entretient avec l’élément de réalité qu’il veut donner à comprendre, c’est-à-dire en questionnant les processus cognitifs de l’actualisation en discours. Le souci de remonter aux fondements cognitifs des particularités du français des sourds offre l’opportunité de présenter une vision plus globale de certaines difficultés communicationnelles – et donc sociales – que les sourds rencontrent dans la société des entendants. Les indices en langue de ce qu’on désigne souvent en termes de culture sourde peuvent éclairer de manière nouvelle les incompréhensions entre les communautés sourde et entendante. Le choix de cette démarche permettrait notamment d’évoquer ce que les sourds notamment appellent parfois l’audisme, c’est-à-dire le centrage de la société et de ses fonctionnements sur la faculté d’audition, l’homme étant en tout temps présumé entendant, ce qui les place, d’office, en position d’exclusion.

Mots-clés :
Analyse du discours, praxématique, linguistique cognitive, production de sens, schémas praxiques, analyse conversationnelle, LSF, interférences, SMS, « audisme », culture sourde.

Domaines de recherche :

  • Analyse du discours
  • Praxématique
  • Linguistique cognitive
  • Langue des Signes Française (LSF)

Activités scientifiques :

  • Stage :
    2012 : Projet « Sud4science LR – Mutation des pratiques scripturales en 
communication électronique médiée » auprès de la Maison des Sciences de l’Homme de Montpellier (MSH-M) : anonymisation semi-automatique, relecture et vérification d’un corpus de SMS.
  • Conférence :
    2012 : Séminaire n°10 du projet Sud4science : « Anonymisation et linguistique » 
(http://www.msh-m.tv/spip.php?article501)