Partenaires



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Membres > Doctorants

MATHEU Nathalie

PNG - 45.8 ko
Nathalie MATHEU
Doctorante (7°section)

Courrier : nathalie.matheu@voila.fr

Équipe 3 : Langue, discours et culture

Titre : Sur la voie de l’écriture en langue française : des ateliers d’écriture pour migrants apprenants de Français Langue Seconde

Sous la direction de Nathalie AUGER

Objet de recherche :
Analyse qualitative du rapport à l’écriture d’apprenants de Français Langue Seconde, adultes en milieu institutionnel et enfants nouvellement arrivés en milieu scolaire. Le projet de recherche vise à évaluer l’inscription du sujet-écrivant par l’analyse de textes produits en ateliers d’écriture.

Nature du corpus :

  • Discours issus des apprenants de FLS, adultes en milieu institutionnel, et Enfants Nouvellement Arrivés en milieu scolaire (second cycle), participant aux ateliers d’écriture en langue française.
  • L’ensemble des textes élaborés en atelier pour analyser les pratiques.
  • La recherche vise à appréhender, à travers les discours et l’observation des pratiques, les représentations que les apprenants ont sur l’écriture en langue française, pour mettre en place un dispositif didactique permettant de faire évoluer ce rapport à l’écriture afin d’optimiser l’apprentissage.

Methode d’analyse :

  • Etude épistémologique de la notion d’écriture. Les représentations de l’écriture se forgent à travers les pratiques individuelles mais également à partir de l’histoire culturelle des apprenants.
  • Analyse des discours sur les pratiques des usagers de la langue seconde. Il s’agit de tenir compte que notre présence peut influencer ces discours (Labov). Les discours seront donc confrontés à l’observation des pratiques pendant les ateliers d’écriture.
  • Analyse génétique des textes des apprenants, qui permet d’appréhender l’écriture dans la langue seconde en tant que processus.

Matériel utilisé :

  • Etat de la recherche sur l’écriture, dans une perspective historique et philosophique.
  • Entretiens individuels semi-dirigés, enregistrés et transcrits, passés auprès des participants aux ateliers, avant et après les projets d’écriture.
  • Entretiens de groupe, enregistrés et transcrits.
  • Transcription diplomatique des textes produits.

Problématique / hypothèse :

  • Les exigences en matière d’écrit, l’évolution des tâches renouvellent les questionnements en matière de pratiques d’écriture sociales et scolaires, notamment dans le champ du Français Langue Seconde. Les apprenants migrants de FLS (en milieu scolaire ou institutionnel) se retrouvent de fait dans un entre-deux linguistique et culturel, où les codes, les pratiques et les représentations sont différentes de celles de leur langue/culture d’origine. Si cet entre-deux peut engendrer un déséquilibre identitaire, il ouvre également le champ à la création d’espaces scripturaux, où chaque langue révèle et autorise une projection de soi unique. La pratique d’ateliers d’écriture, qui autorise une manipulation de la langue-cible différente de celle traditionnellement exercée en contexte scolaire, permet un changement dans les représentations en jeu et donc dans le rapport à l’écriture.
  • Par l’analyse des textes produits en ateliers, appréhendés dans leur dynamique de production, l’objet de recherche ici construit est le réseau de traces linguistiques de l’inscription du sujet dans son texte. Les références sont du domaine de la critique génétique. Parce que les représentations déterminant ce rapport à l’écriture ne sont pas observables en tant que telles, c’est l’observation des pratiques et l’analyse des discours des usagers sur ces pratiques qui permettra d’objectiver la relation scripteur/écriture et donc d’analyser ses besoins pour édifier des séquences didactiques pertinentes dans le cadre des ateliers d’écriture.

Mots clés :

  • didactique du Français Langue Seconde, écriture, migrants, ENA, critique génétique, ateliers d’écriture