Partenaires



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Membres > Doctorants

LE ROUX Nicolas

JPEG - 41.5 ko
Nicolas LE ROUX
Doctorant (7°section)

Courrier : nicolas.lrx@dbmail.com

Équipe 3 : Langue, discours et culture

Thèse : Reconnaissance et valorisation des langues familiales des élèves au lycée professionnel, dans la perspective d’une meilleure réussite scolaire et d’une meilleure reconnaissance sociale

Sous la direction de Nathalie AUGER

Objet de recherche :
il s’agit, dans une perspective mêlant plusieurs champs disciplinaires et un travail d’enquête sur un terrain professionnel de l’école, d’évaluer, dans un contexte professionnel défini, les paramètres conditionnant la réussite d’un enseignement incluant les langues et cultures d’origine des élèves.

Champs disciplinaire : il nous apparait nécessaire de croiser, surtout, les apports et interrogations de quatre champs disciplinaires, à savoir :

  • La sociolinguistique et son travail sur les plurilinguisme et pluriculturalisme.
  • Le champ historique, afin de tenter de mesurer le poids de l’héritage national sur les pratiques scolaires actuelles
  • Les sciences de l’éducation, et l’analyse des mécanismes internes conduisant aux choix des pratiques pédagogiques
  • La psychologie, avec en particulier l’apport de la psychiatrie transculturelle. Celle-ci, par son travail sur la psychologie des enfants migrants, permettra d’intégrer cette donnée car ce sont des adolescents issus de l’immigration qui sont au cœur de l’étude.

Problématique :
Un grand nombre de travaux sociolinguistiques, ces dernières décennies, a montré la richesse potentielle du plurilinguisme/pluriculturalisme. La greffe entre ces résultats de la recherche et les traductions didactiques sur le terrain de l’école reste difficile et a trouvé peu de traductions pérennes. Nombre de travaux, ces dernières années, montrent une volonté de travailler sur les conditions précises permettant des réussites dans ce domaine. C’est sur un terrain précis, celui d’un lycée professionnel, et à l’intérieur de disciplines particulières –le français et l’histoire, que la construction de solutions va être tentée.

Hypothèse :
celles-ci vont croiser les divers champs précisés plus haut. Elles sont explicitées, à ce jour, de façon tranchée, et seront forcément nuancées/invalidées au terme de la recherche :

Matériels utilisés :

  • Le matériel principal est constitué d’entrevues individuelles semi-dirigées enregistrées et transcrites, passées auprès de 15 élèves avant et après le projet d’écriture, ainsi que du journal de bord de l’étudiante-chercheure ;
  • mais également
    o d’un questionnaire en passation collective avant et après le projet,
    o de quelques vidéos de l’action en classe, et
    o de photos des productions des élèves.

Problématique – Hypothèses :
celles-ci vont croiser les divers champs précisés plus haut. Elles sont explicitées, à ce jour, de façon tranchée, et seront forcément nuancées/invalidées au terme de la recherche :

Dans le domaine historique
• Le poids de l’héritage historique que connait la société française quant au traitement des langues et de la diversité culturelle n’a-t-il pas été surdimensionné dans les analyses expliquant l’échec de la greffe du plurilinguisme à l’école (avec l’invocation très fréquente de l’ « idéologie monolingue » en France) ?

Dans le domaine des sciences de l’éducation
• La colonne vertébrale du système éducatif français, dans le secondaire, est formée des disciplines enseignées et, corolairement, des programmes de ces disciplines.
• En conséquence, la greffe d’un programme éducatif plurilingue/pluriculturel dans l’école est envisageable, d’une part, si ce programme s’intègre dans les contenus des programmes disciplinaires, et, d’autre part, s’il génère un bénéfice dans l’enseignement de la discipline.

Dans le domaine socio-psychologique
• Faire appel, à l’école, à l’histoire familiale des élèves, n’est pas un phénomène psychologiquement neutre. Le bénéfice cognitif lié à l’activation des langues et des cultures des élèves doit être mis en concordance avec ce que cette activation soulève chez les élèves. Il s’agira de mesurer quelles sont, du point de vue psychologique, quels sont les écueils à éviter et les « bonnes » pratiques.

Mots-clés : Education plurilingue – éducation pluriculturelle – monolinguisme – culture scolaire – psychiatrie transculturelle

Nature du corpus  :
Supports théoriques :

  • Littérature sur la construction linguistique de la France, avec une focalisation, en particulier, sur la construction de celle-ci dans l’école française.
  • Littérature à la fois sur apports théoriques du plurilinguisme, ainsi que sur les tentatives de remédiation dans des programmes à l’école.
  • Littérature des sciences de l’éducation, sur le fonctionnement de l’institution scolaire française.
  • Littérature issue de la psychiatrie transculturelle, avec un regard particulier sur les troubles des adolescents issus de l’immigration.

Méthode d’analyse :

  • Définir, à partir du travail théorique, les paramètres de divers ordres permettant la réalisation d’un programme incluant l’éducation plurilingue à l’école
  • Construction d’un corpus de cours intégrant des notions plurilingues à l’intérieur des programmes définis par l’Education nationale
  • Cours testés en cours, sur les trois niveaux du lycée professionnel, et mis en place de dispositif permettant de mesurer l’impact de ce programme