Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Vie du laboratoire

Séminaires Praxiling 2018-2019

18 mars 2018

Lundi 1er avril
Jean Noriyuki Nishiyama, Université de Tokyo
« La traduction, outil privilégié de l’interculturalité ? - comment Antoine Meillet est-il devenu un personnage emblématique contre le militarisme au Japon »

Résumé
Spécialiste de la grammaire comparée, Antoine Meillet (1866-1936) a laissé un ouvrage de circonstances, intitulé Les langues dans l’Europe nouvelle (1re édition en 1918, 2e en 1928), rédigé juste après la Première Guerre mondiale pour démontrer les valeurs de la linguistique en matière de politique internationale, face à la création de nouvelles nations. Le problème était de déterminer les frontières des nations par rapport à la frontière linguistique après l’effondrement d’Empires.
Cet ouvrage a été traduit en japonais pour la première fois en 1943, au moment où l’Empire du Japon a élargi ses frontières en dehors de l’Archipel pour « délivrer les pays d’Asie sous le fardeau des Occidentaux ». La situation géopolitique de l’Asie à l’époque était à comparer, à premier vue, avec celle de l’Europe après la Grande Guerre, par rapport à l’émergence des nations nouvellement créés, ce qui ne justifie pas pourtant la publication de la traduction d’un Meillet, ouvarge rédigé par un savant d’un pays ennemi.

Cette intervention consiste à dégager l’arguement de la traduction japonaise d’un Meillet pour éclairer l’ambition et la conscience interculturelle du traducteur japonais. La confidence du traducteur japonais après la guerre dévoile sa représentation sur Meillet, et ce comme un outil secret de la résistance contre le militarisme. Nous allons analyser donc l’expérience interculturelle du traducteur japonais à la période de la guerre.

Lundi 13 mai
Laurent Gosselin, Université de Rouen

« Titre à venir »

Résumé à venir

Lundi 10 juin
Sylvain DETEY, Université Waseda (Tokyo, Japon)

« Comment la didactique de la parole en L2 conduit-elle de la psycholinguistique à la sociophonologie de corpus et vice-versa »

Résumé
Cette intervention sera l’occasion de revenir sur un parcours de recherche d’une dizaine d’années, dont l’amorce se situe dans l’intérêt porté au croisement entre multimodalité et enseignement/apprentissage de la phonologie du français langue étrangère (FLE) en milieu hétéroglotte. La nécessité d’accroitre la quantité d’input sonore offert aux apprenants, et d’en faire varier la qualité, en vue d’améliorer la robustesse des catégories phonologiques en cours d’acquisition, conduit à examiner les ressources potentiellement utilisables, en particulier celles des corpus oraux. Dans le cas du français, sous la direction de Jacques Durand, Bernard Laks et Chantal Lyche, le corpus Phonologie du Français Contemporain (PFC) atteint, dès le début des années 2000, une taille et une structure suffisantes pour devenir, en phase avec les orientations de la Délégation Générale à la Langue Française et aux Langues de France (DGLFLF), l’un des premiers corpus oraux « modernes » (après le Français Fondamental et ESLO) à être pédagogiquement exploités, dans le cadre du chantier « PFC-Enseignement du Français » (PFC-EF). L’une des spécificités du corpus PFC étant sa couverture variationniste d’une grande partie de l’espace francophone, le chantier PFC-EF conduit à s’interroger sur le traitement de la variation dans l’enseignement du français parlé en FLE, et, en retour, de celui des normes, natives et non-natives, dans le cadre du programme InterPhonologie du Français Contemporain (IPFC). L’intervention s’achèvera sur la présentation de certaines des ressources pédagogiques issues de ces chantiers, ainsi que de certains travaux en cours.

Références
Detey, S. & Nespoulous, J.-L. (2008). Can orthography influence L2 syllabic segmentation ? Japanese epenthetic vowels and French consonantal clusters. Lingua. International Review of General Linguistics 118 (1) : 66-81
Detey, S. (2009). Phonetic input, phonological categories and orthographic representations : a psycholinguistic perspective on why oral language education needs oral corpora. The case of French-Japanese interphonology development. In Kawaguchi, Y., Minegishi, M. & Durand, J. (éds), Corpus Analysis and Variation in Linguistics. Amsterdam : John Benjamins, 179- 200.
Detey, S. (2010). Normes pédagogiques et corpus oraux en FLE : le curseur apprenabilité / acceptabilité et la variation phonético-phonologique dans l’espace francophone. In Bertrand, O. & Schaffner, I. (éds), Quel français enseigner ? La question de la norme dans l’enseignement/apprentissage. Palaiseau : Editions de l’Ecole Polytechnique, 155-168.
Detey, S., Durand, J., Laks, B. & Lyche, C. (éds) (2010). Les variétés du français parlé dans l’espace francophone. Ressources pour l’enseignement. Coll. L’Essentiel français. Paris : Ophrys.
Detey, S., Durand, J., Laks, B. & Lyche, C. (éds) (2016). Varieties of Spoken French. Oxford : Oxford University Press.
Detey, S., Racine, I., Kawaguchi, Y. & Eychenne, J. (éds) (2016). La prononciation du français dans le monde : du natif à l’apprenant. Coll. Références. Paris : CLE international.
Detey, S. (2017). La variation dans l’enseignement du français parlé en FLE : des recherches linguistiques sur la francophonie aux questionnements didactiques sur l’authenticité. In A.-C. Jeng, B. Montoneri & M.-J. Maitre (éds), Echanges culturels aujourd’hui : langue et littérature. New Taipei City : Tamkang University Press, 93-114.
Detey, S. & Racine, I. (2017). Towards a perceptually-assessed corpus of non-native French : the InterPhonology of Contemporary French (IPFC) project illustrated with a longitudinal study of Japanese learners’ /b-v/ production. International Journal of Learner Corpus Research 3(2) : 223-249.
Detey, S. & Lyche, C. (sous presse). Enseigner la variation diatopique en FLE dans deux contextes L1 variationnels distincts : le cas de la Norvège et du Japon. In L. Gajo, J.-M. Luscher & I. Racine (éds), Variation, plurilinguisme et évaluation en FLE. Berne : Peter Lang.