Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Vie du laboratoire

Séminaires Praxiling 2018-2019

18 mars 2018

Lundi 25 Février
Mélissa Barkat-Defradas, ISE-M, UMR5554, CNRS & Université de Montpelier
« The influence of sexual orientation and testosterone levels on speech acoustic features »

Résumé
Potential differences between homosexual and heterosexual men have been studied on a diverse set of social and biological traits. Regarding vocal acoustic features, researchers have hypothesized a feminization in homosexual’s speech production but have so far produced mixed results. Moreover, to our knowledge, studies investigating the potential effects of testosterone levels as a function of sexual orientation on speech acoustic features, as a mean to explain potential differences, are non-existent. Lastly, most of the studies on homosexual’s speech have been mostly conducted with English native speakers, which calls for an investigation in other cultures. In order to study these aspects, we compared testosterone levels (assessed through saliva samples) and vocal acoustic characteristics between homosexual and heterosexual native French men. Furthermore, we tested if homosexual men showed a feminization of such features by comparing them to heterosexual women. In addition to mean pitch and its modulation, we also investigated two other understudied acoustic features that is the jitter, a proxy of vocal roughness, and the Harmonics-to-Noise ratio, a proxy of vocal breathiness. Results show that homosexual men significantly displayed higher pitch-modulations patterns and breathier voices compared to heterosexual men, with values shifted towards those of heterosexual women. However, testosterone levels did not predict any differences in all speech acoustic characteristics. Nonetheless, when studying overall speech differences, homosexual men were feminized up to 9.35%. Finally, we discuss our results in light of the biological and social models explaining the vocal acoustic differences between homosexual and heterosexual men.

Lundi 18 mars
Gilles Siouffi, Université Paris Sorbonne
« Titre à venir »

Résumé à venir

Lundi 1er avril
Jean Noriyuki Nishiyama, Université de Tokyo
« La traduction, outil privilégié de l’interculturalité ? - comment Antoine Meillet est-il devenu un personnage emblématique contre le militarisme au Japon »

Résumé
Spécialiste de la grammaire comparée, Antoine Meillet (1866-1936) a laissé un ouvrage de circonstances, intitulé Les langues dans l’Europe nouvelle (1re édition en 1918, 2e en 1928), rédigé juste après la Première Guerre mondiale pour démontrer les valeurs de la linguistique en matière de politique internationale, face à la création de nouvelles nations. Le problème était de déterminer les frontières des nations par rapport à la frontière linguistique après l’effondrement d’Empires.
Cet ouvrage a été traduit en japonais pour la première fois en 1943, au moment où l’Empire du Japon a élargi ses frontières en dehors de l’Archipel pour « délivrer les pays d’Asie sous le fardeau des Occidentaux ». La situation géopolitique de l’Asie à l’époque était à comparer, à premier vue, avec celle de l’Europe après la Grande Guerre, par rapport à l’émergence des nations nouvellement créés, ce qui ne justifie pas pourtant la publication de la traduction d’un Meillet, ouvarge rédigé par un savant d’un pays ennemi.
Cette intervention consiste à dégager l’arguement de la traduction japonaise d’un Meillet pour éclairer l’ambition et la conscience interculturelle du traducteur japonais. La confidence du traducteur japonais après la guerre dévoile sa représentation sur Meillet, et ce comme un outil secret de la résistance contre le militarisme. Nous allons analyser donc l’expérience interculturelle du traducteur japonais à la période de la guerre.

Lundi 13 mai
Laurent Gosselin, Université de Rouen

« Titre à venir »

Résumé à venir

Lundi 10 juin
Christoph Schöch, Université de Trèves

« Titre à venir »

Résumé à venir